Visite des Archives municipales de Nancy

Le 25 mars 2019, l’atelier Généalogie de CRVB a visité les locaux des Archives municipales situés 3, rue Henri Bazin à Nancy. 

20190325_161254

Durant plus de deux heures. Damien NICOLIDI, archiviste, nous a guidé dans les immenses salles d’archivage, en nous expliquant les différents modes de conservation et de classement des documents, certains étant particulièrement dégradés.

PRINCIPAUX PROBLEMES DE CONSERVATION

Lorsque les archives ont été détrempées par une inondation, il faut procéder à la glaciation puis à la lyophilisation du papier après un nettoyage anti-microbien.
Paradoxalement, les documents sur parchemin sont plus résistants.

Les pelures (double des documents dactylographiés), et les télécopies sont très fragiles.

L’exposition au soleil avant archivage peut dégrader également les documents.

L’encre peut s’effacer partiellement, ou surtout tacher une autre page manuscrite.
Tel a été le cas par exemple pour un document de recensement de la population du XVI° siècle…

UN DOCUMENT TRES ANCIEN

Ce registre concernant les personnes de Nancy payant l’impôt dit de « bourgeoisie  » est un témoin important pour la recherche des familles nancéiennes aisées.
En généalogie, le terme  » bourgeois  » correspond à des personnes aisées financièrement et versant leur part en faveur de la communauté. Devenu plus tard le « cens », ce versement permettra à ces seules personnes de pouvoir voter (suffrage censitaire).

LE TRI DES ARCHIVES EST CONTROLÉ

La grande quantité de documents reçus oblige, faute de place, à détruire les documents jugés les moins intéressants. Ainsi, des facturettes de comptes courants ont récemment été pilonnées.
Un bordereau est transmis à Mme SAY, conservatrice en chef des Archives départementales, pour autoriser la destruction. Cette dernière vient régulièrement contrôler le travail des AM.

Tout service d’archives dépend au niveau national du ministère de la Culture. Les grandes villes comme Nancy ou Metz sont tenues d’avoir un service municipal d’archives . En principe, les plus petites villes doivent verser leurs documents aux Archives Départementales. 

LES TRESORS DES ARCHIVES DE NANCY

Merci à Mme ETIENNETTE, conservatrice et directrice, de nous avoir permis de découvrir de nombreuses archives, parfois exceptionnelles :

  • Le plus ancien document détenu, la Charte de franchise de 1497 – absence d’imposition fiscale – cédée par le duc de Lorraine René II aux Nancéiens en récompense de leur résistance face au siège de Charles le Téméraire 20 ans. (En fait, une confirmation écrite de la dite franchise déjà accordée )
  • Le fonds Bazin, écrivain ayant versé toutes ses archives littéraires personnelles ainsi que le fonds du prix Goncourt…
  • Un ensemble d’affiches de grande qualité.
  • Des plans des maisons de NANCY, tirés des demandes initiales de permis de construire; la Mairie de NANCY les avait utilisés pour un travail immobilier d’hygiène publique. Avec un peu de patience, on peut ainsi reconstituer l’histoire d’un immeuble ou d’un monument …

20190325_151213

La Charte de franchise de 1497

LE SITE INTERNET

Un petit conseil : consultez le site internet des AM avant de vous rendre sur place. Cela vous permettra par exemple :

  • de consulter certaines archives ;
  • de noter la cote du document recherché afin de gagner du temps le jour de la visite ;
  • de mieux comprendre les méthodes de recherche ;
  • d’ apprendre que certains documents ne sont pas consultables du fait de délais légaux ou de présence de renseignements médicaux, etc…

http://archives.nancy.fr

 

CONCLUSION

Plusieurs personnes présentes ont émis l’idée de revenir aux AM pour un travail personnel, pour retrouver l’histoire de l’habitation de ses parents, réaliser un projet de travail sanitaire municipal , étudier des documents de la période 40 45 – plus spécialement sur la police municipale et la collaboration avec l’occupant nazi, etc.

A la fin de la visite, une copie du plan de Nancy de 1611 a été remise à chaque personne (« vieille ville » et « ville nouvelle »). La place Stanislas n’existe pas alors.

Dominique Baguet a écrit il y a quelques années un article sur la rafle de familles juives du 19 juillet 1942 à NANCY, non aboutie grâce aux Policiers Justes parmi les Nations dont MM.VIGNERON, THOURON et Pierre MARIE, détenant copie des auditions administratives de personnes rescapées entendues dans le but de l’obtention de la médaille de Yad Vashem. Une copie sera remise aux Archives municipales pour archivage.

Publicités